Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
dépression
#1
bonjour

j'accueille depuis 4 ans une enfant avec beaucoup de troubles du comportements,troubles autistiques, mise en danger etc...... donc pas une minute sans surveillance car bétises sur bétises. et là mon corps a réagit, je suis mal fichu depuis plusieurs mois mais n'avait pas mis ça sur le travail, car cela faisait parti de mon quotidien et je pensais seulement à un coup de fatigue. premier arret cet été de 10 jours et me revoilà reparti a bosser.et paffff...... ça recommence, impossible de me lever, grosse fatigue, plus d'énergie, donc je retourne chez le doc.qui me dit stop repos.

ET depuis la cata, car en fait je viens de réaliser que je fais un gros burn out..... et là c'est encore pire car maintenant je déprime et suis complètement à l'ouest, envie de rien; elle m'a mis sous anti depresseur, mais je l'ai pas encore pris, ça me fait trop peur ces médacaments, mais mon dieu que c'est compliqué......

Plein de questions , sans cesse je rumine, vais je pouvoir continuer? là je suis tellement en bas que je dis c'est peut etre le moment de dire stop. Mais quoi faire après??? car c'est vrai que je n'avais plus de moments à moi ni avec mon homme, mes accueils ne partent jamais que lorsque je prends des vacances.

Combien de temps est ce que je vais être en arret,

je culpabilise de ne pas avoir vu les premiers signes de ces symptomes. Je pense que je vais me renseigner pour voir le medecin du travail, je ne sais pas si c'est une bonne idéee.


Merci de me conseiller si vous avez deja eu ce genre de soucis..... En même temps je me doute que celles qui ont craqué

et changer de métier ne sont plus sur ce groupe.
#2
Bonjour Poussin
J'ai été dans ce cas ,pas le burnt out mais épuisement professionnel .Comme toi j'ai été arrêtée une fois 15 jours et repris car bien sur le service m'a reproché mon arrêt (ben oui que faire des enfants Dodgy ) et donc re arrêt de 6 mois
non seulement pour épuisement professionnel et dépression.
Par contre j'ai vu un thérapeute qui m'a bien aidé et j'ai eu un anti dépresseur que je prend encore mais pour autre chose
J'ai repris en Avril de cette année avec un jeune de 15 ans ,je ne voulais pas n'ayant pas fait d'ados ,mais tout compte fait je ne regrette pas et je ne veux plus de petits!
Avant ma reprise j'ai vu la médecine du travail (obligatoire) qui m'avait trouvé encore "fragile " psychologiquement et m'a donné le feu vert pour ma reprise mais avec 1 seul accueil ce que je souhaitais pour redémarrer. Et aujourd'hui je ne veux pas d'un second accueil ,j'apprécie le temps libre que j'ai alors qu'avant ce n'était pas du tout le cas et mon mari et mes enfants aussi me trouvent mieux ,donc je continue comme ça.
Mon conseil prends ton antidépresseur et fais toi aider ,si vraiment c'est un burnt out ,tu ne pourras pas t'en sortir toute seule.L'aide d'un thérapeute est nécessaire et l'arrêt aussi ,non seulement pour toi mais aussi pour les enfants que tu accueilles car travailler dans cet état n'est pas bon pour eux.Donc il vaut mieux s'arrêter un temps que de continuer . C'est aussi être professionnelle que de dire stop . Et tu vas avoir du temps pour réfléchir si oui ou non ce métier tu veux le continuer ou pas ,j'ai failli arrêter aussi et c'est aussi dans ce sens que le psy m'a aidé à y voir clair.
Tu sais quand on est pas bien ,on en peut pas être objective ,on est dans le négatif ,donc on ne peut pas prendre de décision .Le psy m'avait dit une chose" il faut déjà se laisser du temps pour aller mieux et ensuite se donner un objectif par ex: dans 6 mois je dois prendre une décision,soit je reprend mon travail ou j'arrête " et si tenir .Mais pour le moment l'important c'est ta santé et savoir combien de temps tu seras arrêter ça personne ne peut le dire,seuls le médecin et le psy jugerons.
Prends soin de toi ,le travail oui ,mais aucun travail ne mérite que 'on se rende malade.
Je te souhaite bon courage Smile
#3
Bonjour , tu as combien d’accueil actuellement ?

Peut-être la solution serait d’arrêter l’accueil très compliqué que tu as depuis 4 ans et de le confier à une autre collègue qui prendra le relais .

Ce type d’accueil est épuisant et nous vampirise sans que nous en ayons conscience...surtout ne culpabilise pas , ce n’est pas de ta faute , tu es juste au cœur d’une prise en charge qui a fini par te dépasser avec le temps...c’est normal ...4 ans c’est énorme déjà

Grand E avait des graves troubles du comportement avec mise en danger.
J’ai tenu 10 ans mais cela n’a servi à rien , juste à m’abimer un peu plus chaque jour ...arrête cet accueil , c’est la première des choses à faire .

Je comprends ce que tu ressens .

Aujourd’hui, j’ai fait le choix de mettre fin à son accueil et tout est plus léger dans la maisonnée . Je revis professionnellement !!!
Je bénéficie d’un wk repos par mois, c’est appréciable . Pourrais-tu en demander un ? Cela aide beaucoup à tenir .
#4
Bonjour
Merci Corinna pour tes précieux conseils. Pour le moment oui arrêt et repos
Oui je vais me faire suivre , j’ai appelé ce matin pour voir le médecin du travail.
Ma Referente m’a appelé, elle a été top, on a discuté de mon accueil et m’a dit je pense que vous êtes arrivée au bout , on va devoir le réorienter , sur le coup ça m’a fait du bien de l’entendre mais en même temps très difficile, j’ai éclaté en sanglot. Tout ce travail qui s’arrête ? mais il le faut . Ça me rend très triste car il est très très attaché à nous . A chaque fois qu’il partait en relais il faisait une grosse crise de panique ? . Mais je ne vis plus avec cet accueil, il se met en danger tout le temps et a énormément de troubles , je ne les citerai pas .....

J’ai aussi un autre accueil de 12 mois qui est chez nous que depuis 6 mois .
Je pense ne pas reprendre non plus car beaucoup de nuits blanches .... etc.... je vais voir avec le service .

On verra pour la reprise , je n’en suis pas encore là . Mon arrêt va me permettre de réfléchir et de faire le point. Je recommencerai avec 1 seul, si ils veulent bien encore de moi ?. A moins que j’arrête tout . En tout cas une chose est sure je travaillerai différemment , ça m’a servi de leçon de trop s’investir .
#5
Je comprends ta fatigue, entre un accueil difficile et un bébé qui ne fait pas ses nuits, moi aussi je serais tombée Blush
Reposes toi bien et prends soins de toi pendant ce temps, que tu puisses te reposer et réfléchir ensuite de la suite de ton parcours à avoir. Courage
#6
Déjà rien qu'un manque de sommeil ça peut être compliqué alors si on ajoute un enfant difficile à gérer, le cocktail est explosif.
Bon courage pour la suite, prend soin de toi.
#7
Poussin 139, ta situation illustre parfaitement le manque d'accompagnement professionnel envers les AF. Le suivi des enfants et l'accompagnement professionnel de l'AF devrait être fait de façon distincte et ça n'est malheureusement pas le cas. Tu n'as pas à culpabiliser de te retrouver dans cette situation. Pour prendre soin des autres, il faut prendre soin de soi, c'est ton corps qui te dit stop aujourd'hui, écoute le.
Pour info, si tu décidais à l'issue de ton arrêt de ne pas continuer ce métier, le médecin du travail pourra te déclarer inapte et dans ce cas là tu seras licenciée pour " inaptitude médicale", ce motif permet d'avoir la prime de licenciement et droit aux allocations chômage.
Une façon de ne pas te retrouver sans rien.
Mais pour l'instant, prends soin de toi, essaie de trouver une occupation qui te ferait plaisir (sport, bricolage, musique, danse...) et inscrits toi pour t'obliger à y aller! Bon courage.