Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Zone interdite Dimanche 19/01/2020
#1
Dimanche l'émission "Zone Interdite" présente un nouveau (???) magazine sur l'ASE.

Que dire , sur ces reportages, sinon que malgré toutes les informations sur le sujet, la commission d'enquête à l'Assemblée Nationale suite à l'émission de FRANCE 3, on ne voit pas grand chose changer sur le terrain.
Je vais regarder, mais en différé ,sans espoir de grand changement avec ce que l'on vit au quotidien.

Les éléments donnés en septembre ne m'ont absolument pas convaincue.
#2
Je vais regarder par curiosité mais je ne sais pas quoi penser de ces reportages.

Ils généralisent, veulent toucher le téléspectateur en rendant le reportage le plus spectaculaire possible et c'est souvent rempli de clichés.
Pourtant je vais quand même regarder.
#3
Je vais regarder aussi bien sûr...
Je vous rejoins sur le fait que ca va faire pleurer dans les chaumières mais on sait bien aussi que les vols la violence les insultes les maltraitances les viols font presque partie du quotidien. Il n'y a pas que ça bien sûr mais c'est une dure réalité pour tous les intervenants qui accompagnent et pour tous les enfants qui passent par cette "case".
#4
je vais tenter de regarder mais sans doute en replay, enfin si je trouve. Merci
#5
J'ai regardé en replay sur Internet l'émission.
Les mêmes informations, les mêmes situations partout.

Toujours ce déni, alors qu'il y a des preuves écrites, personne ne savait.....

Dans le foyer qui a été fermé il y avait 20 accueils pour 7 places.
Je ne juge pas ce qui s'est passé mais il n'y aurait pas la responsabilité de certains à mettre en cause ?
Ce n'est pas la directrice qui grugeait seule sur le quota d'accueils.
Comme toujours pas de responsables.

Et que dire des ces AF qui doivent se cacher pour rencontrer la députée, sordide.

Le papa en pleurs quand il apprend les violences sexuelles sur ses enfant et la punition de la juge.

Les journalistes s'offusquent de la situation des enfants sous neuroleptiques au sein de ces foyers mais je peux vous assurer que -comme d'autres collègues- je suis confrontée à ce type de débordements d'un enfant et puissance 10.
Sauf que tout çà c'est caché, tu, minimisé aussi.
Des collègues qui dorment sur le canapé et non plus dans leur lit depuis longtemps pace qu'ils craignent pour la sécurité de leur famille et des autres accueillis.

Un éducateur qui parle des services sociaux fermés à 17 heures et du mot "rien" que l'on a souvent en réponse à nos demandes.

Et ce Président à Valloires qui met en doute la paroles des enfants abusés au sein de son foyer. Cela , aussi, c'était très violent.
#6
je me suis, sans doute, mal exprimée

Ce n'est pas le travail au sein des foyers que je pointe;

C'est l'administratif qui pêche bien souvent.

Qui reste obligée de travailler seule avec des enfants en souffrance ?
Au choix, il vaut mieux faire ses heures en structure et une journée après l'autre, on peut, ensuite changer d'air et se ressourcer.
Il y a une réelle défaillance dans la protection sociale mais à chaque fois on trouve des boucs émissaires.
Et nous dire vous n'avez qu'à démissionner si cela ne va pas, c'est réducteur et simpliste, parce que dans notre métier , il y a encore des gens motivés et qui espèrent que les choses vont bouger.
#7
Un reportage à charge....Tous les foyers ne sont pas comme ça et heureusement. Ce qui m'a le plus choquée c'est cette jeune ado avec des gros troubles et violents qui je pense n'a rien à faire dans un foyer mais dans un institut. Qui en fait baver aux éducateurs (d'ailleurs je ne les ai pas trouver violents contrairement à ce que sous entendait le journaliste) mais surtout aux enfants placés.
Jamais dans le reportage on a parlé des parents des enfants placés car le problème à la base c'est bien eux.
5 min sur les assistantes familiales...
Vous savez ce qu on m'a dit aujourd'hui, ah ben je vais faire ton métier, tu gagnes 200 euros par jour par enfant!!!La bonne blague...
#8
Si l'état prévoyait plus de budget pour créer de nouvelles structures, former du personnel, pour pouvoir embaucher plus de personnel, chercher vraiment des solutions plutôt que de décharger sur les CD et j'en passe...
Que fait-on des "incasables" ? chaque département fonctionne différemment ! ...
Je n'ai pas été vraiment étonnée en regardant ce documentaire, même si certaines situations sont difficiles à entendre... Dans tous les départements il manque de personnel et de structures, l'état sait mais ne fait rien, désolant...
#9
ok personne ne parlent des assistants familiaux dommages car pourtant j'en connais qui s'enrichissent trés grassement sur le malheur des enfants les années passent et leur confort de vie s'améliore de jour en jour : grosse maison, puis de plus en plus grosse pour prendre encore plus d'enfants et gagner encore plus... mon mari est en retraite anticipée (toute petite retraite de 1000e) et moi avec mes deux accueils...je refuse de m'enrichir sur le malheur des autres...alors ok je sais ils sont mieux que dans ces foyers et c'est notre job...mais quand meme!!! j'ai des collègues qui me disent oh mais la piscine elle est pour eux aussi.. oui oui c'est ca ! n'empeche que quand l'enfant demande un booling a 6e on lui repond que c'est trop cher et que pour s'occuper y a la piscine a la maison....ben oui bien sur! et on sait bien que petite maison : grand coeur....bon ok je sors, c'etait juste pour montrer que la vie en famille d'accueil c'est forcément mieux que le foyer mais faut rester raisonnable dans le nombre des accueillis sinon il y aura obligatoirement réorientation pour ceux qui posent plus de soucis au lieu de se centrer sur leurs problèmatiques....et devoir leur dire au revoir aprés pour laisser la place a d'autres et les renvoyer au foyer....ya toujours un juste milieu faut savoir le trouver c'est ce que je me disais mon responsable hier...lui il est content de trouver des places et faire des dépassements car y a de la demande...a méditer....
#10
Oui tout à fait Cosette
ces AF qui optimisent les places et voient passer de nombreux enfants chaque mois.
Cela me hérisse d'entendre pour un relais :" il doit partir, il y a un autre enfant qui arrive pour le remplacer."
Et donc deux indemnités journalières , une pour celui qui part le matin + une pour celui qui arrive.
J'ai deux places, un séquentiel et un en relais, ce sont des places à part entière qui leur sont dévolues.
Je ne reçois pas d'autre enfant quand ils sont absents, ils le savent et c'est très bien comme cela.

Et Kerlevic, il y a eu ici un projet de plusieurs personnes -AF, puéricultrice, éducatrice- pour essayer de faire vivre une maison pour recevoir les enfants accueillis, en journée d'abord et voire pour des nuités.
Sauf que, sauf que, elles ont soulevés un tollé de la part des services sociaux, qui ne voyaient pas l'utilité d'interférer sur les lieux de vie existants.
Projet enterré en grandes pompes.
Il y avait matière à réflexion.

Et pourtant, toutes les initiatives ne sont-elles pas bonnes à prendre ? ?
Elles avaient budgeté un tel service à plus ou moins 1000 euros par place.
Même cela çà avait fait polémique, on était loin des tarifs affichés ailleurs....


Sujets apparemment similaires...
Thread Auteur Replies Views Last Post
  Doc sur le placement des enfants ce dimanche soir sur la 6 c-line24 16 4,325 13/04/2018, 09:59
Last Post: lecha64